Parti de rien, mais armée de courage et de volonté, Nadia Sarroukh a bâti toute sa carrière avec l’envie d’avancer et d’améliorer ses pratiques, afin de servir le développement de son entreprise.

C’est en revisitant pour nous les grandes étapes de son parcours professionnel, dans lequel se mêlent l’expérience et l’ambition, qu’elle nous offre ainsi aujourd’hui, le témoignage d’une réussite sociale remarquable.

 

Pouvez-vous nous présenter ATSM+ ?

ATSM+, télésecrétariat médical en région Parisienne (Etampes) a ouvert le 2 mai 2007, après un an de réflexion, de recherche sur la création d’une entreprise, et de rencontres et conseils auprès de personnes issues du milieu médical.

ATSM+ est spécialisée dans 3 domaines :

  • La gestion d’agendas médicaux
  • La transcription audio
  • La domiciliation commerciale

Aujourd’hui, l’entreprise compte 7 secrétaires, toutes formées au métier de secrétaire médicale. Leurs missions au quotidien consistent à gérer les agendas de nos clients : médecins, chirurgiens, centres de radiologie et gros cabinets médicaux. Pour ce faire, le travail est découpé en 2 parties.

Tout d’abord, nous essayons de répartir le travail de sorte à ce que lorsqu’il y a un flux d’appels importants, les secrétaires soient présentes et réactives. Puis, l’après-midi en général, lorsque c’est plus calme, elles se consacrent à la transcription de tous les comptes rendus médicaux reçus durant la journée.

 

Comment avez-vous démarré cette activité ?

Issue d’une formation universitaire en traduction et interprétation, et après avoir enchaîné successivement plusieurs boulots, j’ai décidé, sur les conseils d’un ami, d’ouvrir ma propre entreprise.

« Si je n’essaye pas maintenant, je vais le regretter toute ma vie »

Je me suis installée dans un petit local, qui servait anciennement de cave à vin dans les années 50. L’année dernière, je me suis agrandie en achetant le local attenant. C’est une structure que je voulais à échelle humaine et ce lieu s’y est prêté à merveille, j’en suis très fière.

Dans un premier temps, j’ai commencé avec une seule secrétaire et 3 clients. Puis, au bout de la première année, les choses ont commencées à évoluer grâce à la satisfaction de mes premiers clients. Ils n’ont pas hésité à en parler autour d’eux, ce qui a énormément aidé la société à tenir sur le marché et à se développer. Il y a eu des périodes de doute durant cette première année mais je ne voulais pas abandonner et tous les jours j’ai adopté la méthode Coué en me répétant cette phrase de Théocrite « En persévérant on arrive à tout ». 

 

Où se situe, selon vous, votre différence ?

Je pense que notre différence se situe incontestablement dans le fait que la société soit de taille humaine. Ce format nous permet ainsi d’entretenir avec nos clients une relation de proximité, de confiance et de leur fournir un service personnalisé et de qualité.

Alors que, la majorité de nos concurrents proposent une large palette de services, le fait pour nous d’être spécialisé dans un domaine bien précis, la gestion d’agendas médicaux, représente, selon moi, un atout concurrentiel certain.

 

Comment voyez-vous l’avenir d’ATSM+ ?

Aujourd’hui, mon rôle au sein de la société est de gérer et manager le personnel. Mais mon rôle ne se cantonne pas uniquement à cela. Lorsque la demande est importante, je me dois également de soutenir les secrétaires, en répondant aux différents appels.

Jusqu’à présent, il n’y avait pas la nécessité d’embaucher une Chef de plateau. Aujourd’hui, en raison du développement de l’activité et du nombre de secrétaires, cela devient nécessaire car je ne peux plus rester avec elles toute la journée.

Me décharger de cette tâche va me permettre de prendre davantage de recul quant à la productivité et l’organisation de mon personnel, mais également de m’occuper d’une partie que je n’ai jamais faite jusqu’à maintenant, la prospection. Pour le moment, tous les clients ont été acquis par le bouche à oreille. Ainsi, dans les années futures, je pense et j’espère pouvoir me dégager du temps pour mettre en place des actions de prospection efficaces et acquérir ainsi de nouveaux clients, toujours issus secteur médical, secteur que je maîtrise puisque j’en connais les attentes.

 

Comment avez-vous connu le SIST ?

J’ai appris l’existence du syndicat en 2011, à la suite d’une journée TechDay où un dîner était organisé. Lors de cette soirée, j’ai eu l’occasion de faire connaissance avec quelques adhérents du SIST qui m’ont immédiatement inclus parmi eux.

Lors de cette entrevue, j’avais tellement soif d’apprendre et envie de sortir enfin de cet isolement dans lequel j’étais depuis 6 ans, que les adhérents m’ont dit « Mais pourquoi vous n’adhérez pas au SIST ? Venez à un séminaire en tant qu’invité comme ça vous verrez si cela vous plaît ! ».

Et effectivement cela m’a plu, puisqu’à mon retour du séminaire de Séville, je remplissais le formulaire d’inscription J

 

Pourquoi devenir adhérente du SIST ? Quels avantages en tirez-vous au quotidien ?

Ce sont avant tout les échanges entre professionnels du même métier qui ont motivés cette envie de devenir adhérente. M’ouvrir aux autres, échanger avec certains personnes confrontées aux même problèmes que moi, chercher et trouver ensemble des solutions… Cela donne vraiment l’impression d’appartenir à une profession reconnue, et ses regroupements ne peuvent que faire avancer les choses !

Ce qui est fantastique dans cette expérience, c’est que les adhérents restent des concurrents, mais on ne perçoit, en aucun cas, ce sentiment de concurrence. Chacun travaille d’une façon, chacun à ses clients, mais tout le monde peux apporter son expérience, dans le but d’en faire les autres. Il existe une véritable solidarité, et ça c’est formidable !

Tous ces échanges ont contribués et contribuent encore aujourd’hui à améliorer le fonctionnement de mon petit centre. Grâce à tous les conseils avisés des adhérents du SIST, que j’essaie de mettre en pratique tous les jours, je sens que j’ai les armes pour commencer à améliorer ma société. 

 

Quelles sont vos attentes vis-à-vis du syndicat ?

Je n’attends rien de plus que tout ce dont j’ai la chance de profiter aujourd’hui, en tant qu’adhérente. On s’enrichit des autres, et pour moi c’est le plus important : continuer à échanger avec les membres, faire partager mon expérience, aussi bien positive que négative, et profiter de celle des autres, pour avancer ensemble.

Et je conclurai sur cette citation d’Esope : « L’union fait la force ».